Au four et au moulin

Voici l’histoire d’un petit boulanger fort peu apprécié…

1

Bien confortablement installé, il avait tout aménagé sur place ! Un grand four de bonne qualité, un moulin qui fonctionnait jour et nuit, et de beaux champs de blé parfaitement entretenus.

2

Mais voilà… pour s’occuper d’un tel domaine, il avait besoin de main-d’oeuvre qualifiée. Et non content d’avoir volé à ses concurrents l’un des meilleur maître pâtissier de la Terre du Milieu, il l’obligeait à travailler à des rythmes insoutenables…

3

Toujours sur le dos du pauvre Nain ; à rouspéter, crier, grogner, se plaindre et le faire tout recommencer ! Jamais satisfait, le Boulanger épuisait l’ensemble de ses employés et personne n’osait rien dire…. C’était un artisan reconnu après tout… Tous avaient besoin de ce travail, et continuaient à le supporter inlassablement.

4

Le petit Boulanger voulait tout gérer et tout maîtriser ! Toutes les étapes de la confection de ses plus grands succès devaient être validées par lui…De l’apparition des premiers épis de blé jusqu’à la baguette bien cuite. Il se vantait des mérites de son entreprise à qui voulait bien l’entendre, fier comme un gardon !

56

Voilà qu’un jour, après des années de cupides vantardises et de mauvais traitement de son personnel, un événement vint troubler la quiétude de son petit monde…

7

Un gigantesque incendie s’était déclaré dans les champs, dévastant une année entière de matière première. C’était un massacre, il n’en restait plus rien… Les sacs de farine avaient eu aussi été réduits en cendre, de même que toutes ses précieuses recettes ! La faillite lui pendait au nez…

8

Il lui fallu quelques semaines pour s’en remettre. Nul ne savait si l’incendie était le fruit d’un accident… ou avait été déclenché volontairement ; peut-être par un concurrent jaloux, ou un employé désespéré…

9

Quoiqu’il en soit, le temps passa pour le petit Boulanger. On entendit plus parler de ses savoureuses créations pendant un moment… Jusqu’au jour où…

10

Partout dans l’Eriador, de nouvelles pancartes faisaient leur apparition devant les boulangeries. Il était de retour ! Il avait acheté tout un tas de fabriques, de moulins, de fours et de cuisines. Son nom était partout ! On ignore comment il avait refait fortune, après le désastre de son entreprise.

11

Et les choses se répétaient, à une toute autre échelle. Du Pays de Bree à la Comté, jusqu’aux confins des territoires connus du Sud, il arpentait fièrement ses terres et ses usines ; toujours sur le dos de ses nombreux employés, à rouspéter, crier, grogner, se plaindre et leur faire tout recommencer !

13

Pour cette tenue, Aza’Chou a utilisé les pièces suivantes :

  • Chapeau des jours d’été (blanc) -> Festival d’été.
  • Tunique usagée -> Camp d’escarmouche, PNJ Ornementation.
  • Pain du Troisième Âge -> Récompense de Bingo Bophin, PNJ Bert Barteleur au Belvedère Enfoui.
  • Rouleau à pâtisserie -> Camp d’escarmouche, PNJ Ornementation.
Publicités

5 commentaires

  1. Sympa ta tenue de boulanger mais bizarrement on ne peut plus aller chez nous pour cause de dégradation du jardin et incendie… Mdr ! Sympathique petite histoire bien drôle et une tenue réussie 🙂

    Aimé par 1 personne

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s