Arwendwil, Petite étoile

Pour la première fois, et malgré une certaine réticence de la communauté RP, nous avons aujourd’hui une invitée qui nous propose à la fois une tenue splendide et un background complet sur son personnage. Arwendwil a en effet élaboré un récit autour de l’histoire de son Elfe, que vous pouvez retrouver dans son intégralité (ainsi que du contenu supplémentaire) sur le site de sa confrérie, Fairiendil.

Pour cette tenue, Arwendwil a travaillé avec Aza’Chou pour réaliser un ensemble Galadhrim, qui ressemble dans ses grandes lignes à la tenue que portent les gardes de Caras Galadhon dans le jeu.

15102169_10210224175538734_1036094934_o

Il s’agit ici de mettre en évidence le caractère guerrier mais très noble de la tenue. On retrouve par ailleurs des tons similaires, et Arwendwil a repris des éléments pas du tout elfiques mais parfaitement adaptés, je trouve. C’est le cas pour le masque Haradrim, qui peut surprendre au premier abord, mais dont l’esprit n’est pas si éloigné de ceux des Elfes en Lothlorien. C’est en tout cas un ensemble que j’apprécie particulièrement : le torse et les jambières s’accordent à merveilles, on dirait qu’ils forment un tout (super combinaison du futuuuuuur ! *je sors*). Les épaulières sont à 100% dans le thème et en plus, y’a une feuille dessus, le Peuple Sylvain doit en raffoler !

Je vous laisse sur ces quelques mots apprécier la vue, et une partie de la vie de celle que l’on découvre aujourd’hui : Arwendwil, Petite étoile.

15053206_725953634218360_95316156_o

« COTUMO* !!! COTUMO !!! Hurla un garde elfe en dégainant sa lame tandis que son cheval tombait, le poitrail percé d’une flèche noire. Mais une autre flèche le transperça et il s’écroula comme tous les siens autour de lui. Un ennemi, un homme encagoulés se jeta vers le centre de la troupe mais une lame brillante le transperça de part en part. Ses compagnons le regardèrent mourir d’un air apeuré voyant ce nouveau guerrier si terrifiant qui ne reculait pas comme les autres. Le porteur de la lame se jeta en avant dans un cri, il tournoya sur lui même et on ne vit qu’une ombre verte tellement il était rapide. La bataille semblait tourner à l’avantage des elfes mais un bruit sourd se fit entendre aux oreilles du guerrier. Ce bruit si caractéristique de la flèche qui transperce la chair… Il se retourna et vit avec stupeur une elfe, belle, majestueuse, une robe immaculée de blanc.. Mais cette tâche rouge de sang qui grandissait sur sa poitrine… Elle glissa de son cheval lentement tout en murmurant « Pourquoi m’as tu abandonné ? »
Cette voix se fit plus forte, plus insistante…

-Aaaaaah ! Hurla le seigneur Celdiom en se réveillant en sursaut, le front moite et le dos trempé de sueur froide.
La lune était à peine au milieu de sa course, mais il n’avait plus envie de dormir, du moins plus maintenant. Il se leva doucement, enfila une robe de chambre, se servit un verre de vin puis se dirigea lentement et silencieusement vers la chambre attenante.
Dans cette chambre, l’air y était frais, et un très léger souffle se faisait entendre. Celdiom se rapprocha lentement du petit lit puit s’agenouilla et regarda la petite elfe endormie. Elle avait des cheveux d’un roux flamboyant, son visage était totalement sereins et un petit sourire apparaissait sur ses lèvres… Elle devait rêver… Il lui caressa la joue tendrement et murmura : « Dors Arwendwil… Dors tant que tes rêves sont beaux et innocents ! Que cette innocence et cette joie sur ton visage ne s’efface jamais… »

* Cotumo = Ennemis

 

15053375_725953550885035_1486594473_o

La jeune elfe releva une mèche de cheveux collée sur sa tempe en haletant. Il est coriace ! Mais je l’aurais ! je l’aurais ! Pensa t-elle en regardant son professeur d’armes. Elle avait bien grandis durant ces 100 années, la jeune fille était devenue désormais une jeune princesse elfe d’une beauté digne de sa grande famille. Ses cheveux roux tombaient en cascade dans son dos comme une rivière de flammes, ses yeux bleus, à la fois doux et mystérieux étaient constamment en alerte et séduisaient bon nombre d’elfes, voyant en elle une descendante de sa noble lignée.

-Arwendwil, ton épée, plus haute ! Ordonna sèchement son père qui observait son entrainement avec attention mais avec une pointe de tristesse. Il avait donné la meilleur éducation qu’elle puisse avoir. Elle avait même reçu l’autorisation de suivre les cours avec le professeur de la dame Arwen. Mais rien n’y fit. Dès son plus jeune âge, contrairement à toutes les elfes de la gente féminine, elle vit comme une passion le maniement des armes, et son père, ne pouvant lui interdire ce bonheur, lui donna le meilleur professeur de la cité de Fondcombe.
Elle progressait vite, et il commençait à voir en elle le guerrier qu’il avait été jadis… Et ce constat lui faisait peur… Il ne voulait pas la perdre, non. Elle ne se battrait pas. Cela ne serait qu’un entrainement.

Mais un jour… Un elfe arriva dans la cité avec des nouvelles qui, aux oreilles de Celdiom, eurent l’effet d’une masse d’un troll sur sa tête. Un groupe d’Angmarin avaient été vu en Angmar, alors que cette terre était vide depuis des siècles. Ces mêmes gens qui avaient tué sa femme. La haine l’aveugla à nouveau. Il se prépara aussitôt et, arrivant aux écuries se heurta à sa fille qui le regardait fixement. Il le sut aussitôt, il n’avait pas besoin de lui demander le motif de sa présence.

-Non Arwendwil, tu ne viens pas. Dit-il sèchement en montant sur son cheval.

-Ada* ! je suis prête ! Je sais me battre ! Répliqua t-elle furieusement.

Celdiom prit le menton de sa fille et l’obligea à le regarder. Il observa son visage, elle paraissait décidé.. Mais il savait que la violence présente dans ce monde n’était pas pour elle, il regarda ses yeux bleus noyés de larmes puis lui dis doucement :

-Non Arwendwil, on est jamais prêt dans ce genre de combat. Réjouis toi de ne pas venir avec moi, danses, chantes, amuses toi avec ceux de ton âge. Car les horreurs d’Arda te rattraperont bien assez vite. Tu es jeune, profites de la tranquillité de cette vallée bénis par les Valars !

Sur ces mots, il partis au triple galop… Laissant sa fille, seule, accablée par ce départ précipité…

* Ada = Père

15064025_725953690885021_2139597426_o

-Ada ?

Je levais les yeux vers mon père, cherchant son attention… Que voulait donc dire ce mot écrit dans ce livre… Et quel était donc cette créature tout de flammes vêtu ? C’était immense, je voulais savoir. Je me tournais donc à nouveau vers lui, me dégageant de la couette qui me couvrait, secouant ma crinière de cheveux couleurs de feu d’un geste agacé.

-Ada ? Vous m’écoutez oui ??? Ada !!!

Mon père, Celdiom se retourna soudainement, énervé que l’on trouble ses pensées. Il me regarda d’un air dur et répliqua d’un ton sec :

-Arwendwil, n’as-tu jamais appris le respect ? Comment me parles-tu ?

Sa réponse me fit l’effet d’une douche froide. Je ravalais mes larmes avec rancoeur. Un éclair de colère dû traverser mes yeux mais je la ravalais également, c’était mon père, mes 50 jeunes années m’avaient apprise à le connaitre, je devais le respecter. Ma réponse fut donc pitoyable, digne d’une jeune fille trop gâtée.

-Ada… Vous m’aviez pourtant promis de me faire la lecture !!

15064091_725953667551690_1847186569_o
Celdiom termina de fermer les rideaux de ma chambre et s’approcha de mon lit, me regardant dans les yeux. Il eut un léger sourire et prit ma main tout en s’agenouillant et en ramenant la couette sur moi. Il passa sa main sur mon front ramenant quelque cheveux éparses puis répondit :

-Arwendwil… Tu es bien trop curieuse pour ton âge. Regarde ceux de ton âge ! Tes amies dansent et chantent ! Pourquoi restes tu dans ta chambre, à regarder des cartes poussiéreuses ?

J’eu une légère mine boudeuse qui fit rire mon père. Il me caressa la joue.

-Arwendwil, tu vis dans une très belle ville, Falathorn est un très beau lieu et tu as tout ce que tu veux. Que veux tu d’autre ? Arda ne possède pas d’aussi beaux lieux !

Je me redressais, furieuse. Comment mon père pouvait-il me mentir ainsi ??? Arda ne se résumait pas à cette petite ville elfique. Je l’avais pourtant lu dans mes livres !!!! Mes cartes me disaient le contraire !!!

-Ada ! Et Imladris ? Et la Lothlorien ?? Je ne suis pas née ici, que dites vous donc ?? Ada ! Pourquoi n’irions nous pas un jour à Imladris ? J’aimerai tant y aller Ada !

Mais je vis bien que j’avais encore trop parlé… Mon père se crispa à nouveau. Je le sentis, il contracta sa main m’écrasant la mienne puis me baisa le front brusquement en me murmurant un « bonne nuit ». Il se leva et en fermant la porte s’exclama :

-Non Arwendwil, il n’y a rien de bon pour toi dehors. Tu resteras ici.

La porte claqua et je m’enfonçais dans mes draps, songeuse, que me cachait-il donc. Tant pis, je voyagerai. Je voyagerai, seule s’il le faut, c’était décidé, point.
Mais pour le moment ce fut le sommeil de jeune elfe qui me gagna et je m’enfonçais doucement dans un rêve paisible de feuilles d’or…

15126287_725953560885034_336054876_o

Le soleil me caressa doucement le visage. Une belle journée s’annonçait à nouveau en ce milieu de tuilë. Je me retournais dans mon lit, voulant dormir encore un peu mais des éclats de voix me firent ouvrir les yeux. Mon père devait avoir invité une personne.
Ma nature curieuse repris le dessus, et vite fait bien fait, je sautais de mon lit, enfilais une robe de chambre sous ma robe de nuit et attachais mes cheveux en un simple chignon. Peu importe ce qu’allais dire l’intendante que mon père avait pris pour mon éducation.
Mes pieds glissant sur le plancher froid, j’ouvris la porte de ma chambre puis me dirigeais vers la terrasse. La porte menant à la cuisine était ouverte. Ne voulant pas être vue, je longea le mur et me plaqua près d’un des battants de la porte fenêtre.

-Non cette vie n’ira pas pour Arwendwil.

Mes oreilles se dressèrent soudainement. Une voix de femme inconnue à mes oreilles raisonna. Qui était-elle ? Qu’elle était donc cette voix harmonieuse mais autoritaire qui parlais de moi. Je baillais un petit coup pour me réveiller totalement puis je fis encore plus attention au discours qu’avais lieu sur la terrasse de mon père. La voix de mon père raisonna à son tour :

-Tu sais que tu n’es pas le bienvenue ici. Je ne veux pas qu’elle te voit, ni qu’elle t’entende. Ma fille ne sortira pas de cette ville et rejoindra sa mère avec moi par delà l’océan dans l’un des prochains navires. Je suis son père, tu n’as aucun pouvoir sur elle.

-Moi non, mais sa mère oui, tout autant que toi.

Il y eu un petit bruit de froissement. La femme devait déposer un papier sur la table que Celdiom pris avec énervement. Un petit silence eu lieu mais soudaine la voix féminine refit surface avec un air amusé :

-Il semblerait que la concernée nous écoute depuis un petit moment !

Un bruit de chaise se fit entendre et mon père s’exclama :

-Arwendwil, sors de l’ombre, que faisais tu ici ? Tu nous espionnais ? Tu devrais dormir !

Résignée, je sortis de ma cachette, la tête basse et j’observais tout de même cette inconnue avec qui parlait mon père. Sa chevelure était identique à celle de Celdiom, son visage paraissait être le même. Et ses yeux brillaient de la même façon. Elle eu un très mince sourire et se baissant pour me parler, me demanda :

-Alors Arwendwil, c’est toi ? Tu es encore une plus magnifique enfant que je ne le pensais, tu es sans aucun doute la fille d’Irigwel.

Malgré le compliment je grimaça. Je détestais qu’on se baisse, me rappelant trop ma petite taille enfantine. Je répliquais donc sèchement :

-Qui êtes vous ? »

15133836_725953540885036_1862767167_o

Pour cette tenue, Arwendwil a utilisé les pièces suivantes :

  • Masque de Rhûn –> Magasin Sdao.
  • Epaulières de l’éveil des Malledhrim (bleu acier) -> Craft des Malledhrim.
  • Cape de l’hôte indésirable (bleu acier) -> Quête de Clairfine, Grand fleuve.
  • Torse, Lame du plastron de l’ouest (bleu acier) -> Champion, niv. 65, set Ost Dunoth. PNJ Harndirion, Enedwaith.
  • Gants, Brud-durnvol (bleu acier) -> Instances Isengard.
  • Pantalon du gardien du savoir (bleu acier) -> Maître du savoir, niv. 65, Set Barad Guldur. Camp d’escarmouche, PNJ Classique.
  • Chaussures du gardien du savoir (bleu acier) -> Maître du savoir, niv. 65, Set Barad Guldur. Camp d’escarmouche, PNJ Classique.
Publicités

3 commentaires

  1. Je suis heureuse d’avoir pu profiter de tes talents en matière de cosmétique lotro. C’est une tenue que j’aime beaucoup et que je vais surement utiliser de manière très fréquente !

    Je tiens tout de même à mettre en garde les lecteurs que ce RP date déjà et que mon écriture a changé depuis ! (Voyez déjà le changement entre le premier et les paragraphes suivants). Veuillez également m’excuser pour les fautes ! Je ne prétends pas être une puriste ni ceux de ma confrérie ! Cela dis le plaisir sera toujours immense de rencontrer des nouveaux compagnons de jeu !

    Enfin ! Encore un groooooos merci pour cette tenue et ces petits moments de discussions !

    Bonne continuation !

    Arwendwil.

    J'aime

    • Les backgrounds ouverts sont aussi là pour ouvrir la voie et encourager les plus timides. 😀 C’est un bon début, et il faut reconnaître que beaucoup n’oseraient pas !
      Merci pour ta participation ! 🙂

      J'aime

  2. Coucou !

    Un point tenue : J’adore ! J’avais même dans l’idée de faire une tenue cosplay-galadhrim, voilà qui est inutile maintenant 🙂 c’est vraiment très ressemblant, féminin et elfique à la fois (pléonasme ?^^) Je suis carrément fan du masque, il donne vraiment à la tenue le côté mystérieux des gardes elfiques.

    Point RP : Tout pareil 🙂 C’est sympa d’avoir des personnages « profonds » et d’en apprendre un peu plus sur leur histoire !

    Bravo à vous deux 🙂

    Aimé par 1 personne

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s